Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 19:00

Vous commencez à connaître le Cap'taine, et quelque chose me dit que vous savez déjà quels articles vont être mis à l'honneur aujourd'hui ! Concernant la thématique annoncée, alors là, je vous le dis tout de suite, je n'ai ni remèdes, ni solutions, tout au plus des remarques à faire !

L'ennemi de la communication : la communication !

Le thème de la communication parentale, on peut l'aborder quelque soit la situation parentale (en couple ou séparés), quelque soit l'âge des enfants (bébés, enfants, ados, et même adultes !) alors c'est évident que je n'en ferai ni le tour ni l'analyse ici. Mais, si je prends un contexte particulier qu'est celui où les parents sont séparés (je prends l'exemple au hasard, comme ça hein...) nous retombons dans une branche où là encore, de multiples cas sont envisageables, la séparation s'est-elle bien passée, ou moyen bof, jusqu'à carrément une grosse galère, les parents ont-ils refaits leur vie, comprendre, ont-ils tourné la page de leur couple passé, ou gardent-ils une dent (voire la machoire entière) contre leur ancienne compagne ou compagnon, n'attendant que des occasions pour leur faire payer ? Alors, prenons un exemple parmi tant d'autres, où les parents refont leur vie mais que l'un d'eux n'arrive pas à passer à autre chose et s'use à vouloir parasiter toute communication parentale et refuse de la faire évoluer dans le bon sens, dans l'intérêt supérieur des enfants présents, comme ça, voilà, un exemple au hasard toujours, alors, qu'est-ce qu'on fait ? Là, à coup sûr, celui qui comprend qu'un dialogue minimal neutre de considérations personnelles est nécessaire et qui continue de vouloir communiquer, paradoxalement, nuie à la communication parentale. On ne peut pas forcer quelqu'un à vouloir communiquer...

Vaut mieux un casse-tête qu'une prise de tête !

null 

Casse-têtes en boîte, par deux, modèles au choix, les Jeux de Paul : 4,50 €

Quand Alain, mon cher représentant franc-comtois me présenta ces casse-têtes, j'ai été séduit tout de suite par l'idée et la présentation. Petite boîte à camembert, 2 casse-têtes à l'intérieur, sympa. Mais j'étais un peu dubitatif quand à leur difficulté. Des casse-têtes plats, pensai-je, trop simple... jusqu'à ce que je les essaye (bien vendre un jouet, c'est bien le connaître !) Et là, si quelques uns se laissaient solutionnés, d'autres, par contre, plus coriaces ne m'ont toujours pas donnés leur sésame... mais j'y travaille ! Si vous ne voulez pas lutter, les solutions sont disponibles sur le site des Jeux de Paul, pour les autres, courage !

Et alors on fait quoi ?

J'ai quand-même quelques pistes, pour trouver des axes d'échange sans heurter l'entêtement borné (c'est pour dire le degré de fermeture !) du parent refractaire. Essayer de mettre en place un carnet de liaison parental. Même s'il y a de fortes chances pour qu'il ne soit pas utilisé par la partie en défaut, il peut nénamoins permettre un passage d'informations concernant les enfants. Il peut y avoir également l'outil internet, non par mails (qui, au même titre que les sms ou les coups de fil, ne feront que creuser le fossé de l'incompréhension entre les 2 parents, et oui, car, si difficulté il y a, ces supports deviennent d'au temps de points de crispation, car le problème n'est pas dans le contenu, mais bien dans l'interprétation qui en est faite) mais par un partage de données (calendriers, rendez-vous et date à noter pour les enfants, médecin, fête d'anniversaire, sorties... etc.) via des supports comme Google Apps ou autre (trouvez-en un gratos quand-même !) Bref, si communiquer est difficile, peut-être plus qu'aujourd'hui qu'hier alors que tous les moyens de communication entre individus sont à leur apogée, il ne faut pas baisser les bras... pourquoi ? Mais enfin, on s'en fout des états d'âmes des parents, les enfants, eux, il faut les protéger, les entourer, les aider, et leur mère restera leur mère, leur père, leur père quelque soit les personnes qu'elles sont ou qu'on voudraient qu'elles soient. Ils ne sont ni messagers, ni porte parole d'un camp à l'autre... enfin je dis ça, je dis rien...

Bon échange !

Cap'taine Romain !

Je vous avais déjà fait part d'un souci de chaussures trop grandes... aujourd'hui le Cap'taine a déjeuné avec ses mouses, l'un a de nouvelles chaussures... toujours trop grandes (non mais là vous voyez, y'a rien à faire, l'autre navire a décidé qu'il faisait du 27, il fait donc du 27...) l'autre, depuis, 4 jours, supporte une paire de lunettes qu'une main bienveillante à complètement saboté. Question à 2 centimes : si une des branches des lunettes de votre enfant casse, vous choisissez de : a - la rafistoler avec du scocth le temps de l'amener au plus vite chez un opticien la faire réparer. b - décider de coller la branche à la monture pour qu'elle tienne bien... c'est bon vous avez la réponse... on est bien d'accord ! Florilège des bonnes décisions hebdomadaires prises en images :

Alors bon, moi, si on m'explique que c'est normal de mettre des chaussures 2 tailles plus grandes que le pied à un enfant, je dis OK, et je présente mes excuses sincères pour l'ensemble de mes réflexions à ce sujet... mais j'ai quelques doutes tout de même...

Partager cet article
Repost0

commentaires