Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 12:18
Juste une question d'EGO !

On a tous une histoire. Suivant le moment de notre vie, elle est passée, à venir, ou encore présente, que l'on construit chaque jour. Le Cap'taine a franchi des étapes avant d'arriver à Cadeau Maestro, et pour ne parler que du commerce, ce chemin est passé par la co-création de la librairie des Croquelinottes en 2007 et par la création deCap'taine Romain en 2010...

Réécrire l'histoire.

Ce matin, dans la presse locale, en avant goût de la fête du livre de Saint-Etienne qui se déroulera ce week-end, un dossier conséquent avec ce très bel article, sur la librairie des Croquelinottes. Pour tout vous dire, l'aventure Croquelinottes s'est soldée pour moi et mon ex épouse par un conflit d'associés avec la gérante actuelle. Rien de grave, rien de tabou, ça arrive, le tout c'est d'avancer.

"C'est l'histoire non pas d'un mec comme le raconterait Coluche, mais de deux passionnées, l'une par les bouquins, l'autre par l'art. (...) A elles deux, elles ont réalisé leur rêve, ouvrir une librairie spécialisée dans la littérature jeunesse. (...) Depuis, l'une des deux fondatrices est partie vivre d'autres aventures. (...)"

Elle est belle cette histoire hein ! Mais ce n'est pas parce qu'on raconte par envie une version qu'elle est la réalité. Nous étions bien 3 à fonder cette librairie et à la faire démarrer. Ce qui est amusant c'est de voir encore toutes les décorations extérieures et intérieures présentes. Et qui a fait tout ça ? Et oui, votre Cap'taine, comme l'aménagement de l'espace d'exposition ou encore une salle en arrière boutique servant d'atelier. Et comme par magie, plus de Romain dans l'histoire... mais pourquoi ?

L'égo, c'est tenace !

Pourquoi cette version officielle nouvelle me dérange, ce n'est plus mon histoire, ni professionnellement, ni personnellement, car depuis je suis séparé de mon ex-épouse, alors "fondatrice" de la librairie au même titre que la gérante actuelle et de moi-même d'ailleurs. Et bien parce que l'orgueil, l'égo restent et il ne faut pas les sous-estimer. Ou tout simplement parce que CE N'EST PAS LA VÉRITÉ. La gérante actuelle ment sur la création de sa librairie, pourquoi ? Le conflit d'associé à lui seul peut-il expliquer cette volonté d'effacer un des fondateurs de l'histoire officielle ? Possible. Je pourrai m'en foutre puisque je suis depuis, passé à autre chose, là aussi, tant professionnellement que personnellement parlant. Mais quand-même, ce putain d'ego n'est pas le seul fautif, après tout, les personnes qui suivent la librairie des Croquelinottes depuis le début en 2007, le savent, ils ont vu eux, les 3 associés ne pas compter leurs heures de travail pour offrir aux nouveaux clients une amplitude horaire importante, en continue durant la journée, ils ont vu le travail colossal abattu par les femmes et l'homme que je suis, complémentaires, tous pour un but commun...

La vérité, rien que la vérité ?

Je n'ai rien demandé moi, je fous la paix à tout le monde, mais raconter un mensonge qui m'efface d'un coup de baguette magique de l'aventure initiale des Croquelinottes, ça me gratte, du coup je réagis. Et peut-être que de vous expliquer ce qui s'est passé pourra nous donner une explication à ce mensonge par omission.

2006 : mon ex-épouse et moi même rencontrons la gérante actuelle de la librairie. Naît le projet d'ouvrir une librairie jeunesse sur Saint-Etienne, elle a la connaissance de ce commerce, nous, formés à la faculté d'Arts Plastiques, amenons notre créativité. Après avoir essayé de reprendre la Grabotte, nous décidons de créer les Croquelinottes.

2007, fin août : notre librairie ouvre ses portes, pendant l'été, amis et familles ont tous mis la main à la patte pour nous aider dans les travaux. Les parts ? 50/50, la moitié à la gérante d'aujourd'hui, la moitié à nous, comme nous sommes alors mariés, nous valons comme une seule part. Réussite d'entrée de jeu, nos énergies complémentaires font de notre boutique la référence en matière de conseils et d'ouvrages sur la littérature jeunesse.

2009, été : les premiers problèmes entre associés se cristallisent, pour faire simple, autour des méthodes et du temps de travail de chacun. Il n'y a pas ceux qui ont tord et ceux qui ont raison, mais comme souvent entre associés, ça coince et les reproches commencent à s'amasser sans trouver de solutions pour crever les abcès successifs, légitimes ou non.

2010, septembre : nous devions repartir tous les 3 ensembles, passés les arrêts maternités des 2 co-gérantes, mais le conflit est trop ancré, et le Cap'taine s'attire toutes les foudres de notre associée, à titre personnel maintenant, même sa famille me met à l'index à l'exception de sa jeune soeur...

Ne pouvant réaliser mes projets liés à la librairie, j'ouvre Cap'taine Romain en novembre 2010. Mon ex-épouse tiendra dans un climat délétère de travail jusqu'au printemps 2011. A bout de force, harcelée moralement, quotidiennement, elle retrouvera un emploi en septembre, ne pouvant, par contrat, pas travailler dans le secteur de la librairie à moins de 10 kms de Saint-Etienne. Notre contexte personnel viendra accentuer cette crise. Nous sommes assez loin de "la fondatrice qui part vivre de nouvelles aventures" n'est ce pas ?!

2011, octobre : nous cédons nos parts pour 20 000 euros à l'associée restante. Entre temps, mon ex-épouse et moi nous séparons, donc, les chants des sirènes auxquels j'ai cédé sont ceux de la soeur précédemment citée de notre ex-associée. Elle devient ma pirate, et c'est elle aujourd'hui qui m'accompagne sur les flots de notre nouvelle vie.

2013, ici et maintenant : àn propos de cette entreprise, mon ex-femme m'accuse de lui avoir fait perdre sa librairie pardonnant même à son ex-bourreau les mois atroces supportés, préférant ne retenir que ma malveillance envers elle comme seule cause du conflit d'associés initial. Mon ancienne associée elle, techniquement devenue ma belle soeur, tente de me faire aussi porter toute la faillite de notre collaboration jusqu'au point aujourd'hui de m'effacer clairement de la genèse des Croquelinottes. Le fait que je sois en couple avec une de ses soeurs n'y change rien, et d'ailleurs, ma pirate a été doucement mais surement mise à l'écart par toutes ses soeurs sans autre tord finalement que celui d'être avec moi (Oui je dois porter ce poids, comme si j'étais responsable aussi de leurs choix et comportements envers leur soeur)

Réactiver le conflit par omission ?

Il y a aura d'autres interviews de l'actuelle gérante des Croquelinottes, en tout cas je l'espère pour elle et sa société et je n'en doute pas à vrai dire, je ne lui souhaite aucun mal ni à elle ni à son entreprise. Mais de volontairement mentir sur les origines n'est pas un acte anodin. On pourrait à loisir se cacher derrière une interprétation hasardeuse de la journaliste qui n'aurait pas reproduit fidèlement les propos... oui bien sûr, ce sera un mode de défense possible, et bien petit, je ne me fais aucune illusion. Le problème reste, quitte à raconter les débuts d'une entreprise, de citer tout le monde, ou de n'y faire aucune allusion ! Il aurait été plus sain par exemple de préciser "fondée par 3 associés en 2007" et pour la partie concernant la séparation, plus humble de marquer "après le rachat des parts de ses associés" sans préciser plus avant les raisons ni les chemins pris par eux, plutôt que d'inventer de nouvelles versions romancées...

La librairie des Croquelinottes, 23 rue de la Résistance à Saint-Etienne a été co-créée en juillet 2007 par 3 associés, Amandine Drajner, Anne-Sophie Gonnot et Romain Bathelot et n'aurait pas pu se construire sans les contributions conjointes de ces 3 personnes. Voilà la vérité, qu'il n'en déplaise à certaines et certains... il s'agit d'avoir une honnêteté intellectuelle de base, rien de plus. Et la réussite actuelle de cette librairie est bien à créditer à l'unique gérante en place, il n'y a pas d'opposition entre ces 2 faits incontestables.

Quand à moi, un jour, je m'en foutrais d'être cité ou non, et ce jour là me démontrera que j'avance encore un peu plus dans ma vie sans tenir compte des boulets qui s'accrochent... oui, j'ai du boulot, mais j'y travaille je vous l'assure, aidée de ma jolie pirate et des gens qui nous entourent !

Cap'taine Maestro.
Juste une question d'EGO !

Ce matin donc, après avoir lu ce bel article dans le Progrès, j'arrive pour ouvrir mon échoppe et voilà le cadeau qui m'y attendait sur le seuil de l'entrée... est-ce que cela augure une journée de merde ?! Et je me dis, que le propriétaire a vu son clebs poser sa crotte là, devant la porte de la boutique, et a sciemment décidé de l'y laisser !!! Mais purée, c'est pas possible ! Oui, c'est bien les maîtres qu'il faut éduquer en priorité ! ^^ (Sylvain et Charline, vous n'êtes pas visés, vous êtes exemplaires dans ce que vous mettez d'énergie à éduquer votre petite Iolite ! Chapeau les amis ;-) !)

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Merci copain!!! ;)
Répondre